Identification des risques : comment éviter les doublons ?

Mis à jour le 3 octobre 2022

Dans un projet de gestion des risques d’entreprise, un certain nombre d’écueils peuvent être anticipés. Parmi eux, le risque de générer des doublons lors de la phase d’identification des risques, qui survient lorsque l’on utilise à la fois une approche par la cause et par la conséquence.

Par exemple, un « risque d’incendie entraînant une perte d’exploitation » ou un « risque de perte d’exploitation lié à un incendie » doivent ils être considérés comme deux risques différents ? Si l’on est tenté de répondre par la négative, trop d’informations importantes manquent pour statuer, telles que le contexte, l’impact des risques, le ou les processus concernés.

Comment utiliser les libellés de risques pour éviter
des doublons ?

Une solution concrète pour adresser cette difficulté consiste à structurer le libellé du risque selon un format précis :

Découvrez
les tendances et pratiques des professionnels de
la Qualité
  • l’événement redouté : il désigne le risque ciblé, et peut tout à fait être un libellé « générique »
  • la cause : elle indique le fait qui génère le risque
  • la conséquence : elle représente les impacts redoutés du risque concerné

Ce système de libellés permet de définir très précisément le risque étudié. Ceci facilite par la suite la mesure de sa criticité. Les libellés aident également à identifier plus facilement les éléments de maîtrise actuellement en place et leurs potentielles faiblesses. Il sera ensuite plus simple de déterminer quels plans d’actions mettre en place pour atteindre la criticité cible.

On intégrera ensuite l’univers du risque et son contexte, comme par exemple le processus et/ou la structure concernés. En effet, un événement redouté ayant une même cause peut impacter plusieurs processus mais avec des conséquences bien différentes, risques et processus étant deux démarches étroitement liées.

La combinaison de l’ensemble de ces critères, appelée “Univers du risque”, facilite la mise en place de reportings adaptés par processus ou familles. Elle permet également de se concentrer uniquement sur le scénario le plus risqué associé à un événement redouté.

Photo of author

Amanda Wanderley

Consultante Senior BPM & Risques
Amanda est consultante, spécialisée dans la cartographie des processus et des risques, la mise en œuvre d’outil BPM et d’audit. Elle accompagne les organisations dans le suivi de leurs projets, le déploiement des solutions PYX4 et la formation de leurs équipes.

À lire aussi...

Comment prévoir tous les risques d'une organisation ? - PYX4
Comment prévoir tous les risques d’une organisation ?
Est-il possible de prévoir tous les risques d’une organisation ? Comment anticiper un risque qui n’était pas détectable ou « cygne noir »* ? Nous allons peut-être ...
Risques : doit-on homogénéiser les pratiques ?
Risques : doit-on homogénéiser les pratiques ?
Nous n’allons pas y aller par quatre chemins : homogénéiser les pratiques est un enjeu pour les organisations ! Le plus gros besoin des entreprises, ...
Comment la norme ISO 9001 intègre la gestion des risques ?
Dans la mise en place d’un système de management de la qualité, les objectifs majeurs visent à atteindre la conformité et la satisfaction client. La ...
Les enjeux de la gestion des risques
Jean Le Ray commence son parcours dans le secteur de l’industrie et des services. En 2012, il crée Ad’Xpr, société dans laquelle il conduit des ...